Site:
http://enroutesansdoute.blogspot.com
Miles:
17222 total / 2350 in 2018
Goal:

100 marathons et ultramarathons à vie (plus de 50 à date) sans blessure majeure, vivre en santé à 100 ans et garder le sourire :))

Pierre Lequient ran: Super fin de semaine ...

Track and share your training!

Dailymile makes it easy to keep track of your workouts. Map your routes and share with a community of active people.

  • 95 miles
  • 26:00 time
  • 16:24 pace
  • 0 calories
  •  
  •  
  • 0 ft climb
  • 0 max hr
  • 0 avg hr
    • Currently 5/5 Effort.
    effort 5/5
tired MMT100 #4 et... abandon! 153 km 26:00 16:24 pace

Super fin de semaine en Virginie avec une gang de malades élargies cette année, 13 québécois partants plus une poignée d'accompagnateurs! C'était une réunion que nous espérions depuis plusieurs mois, et j'avais très hâte de revoir mes bons amis ultras en plus de faire de nouvelles connaissances. Le bilan? Il y eut 7 finissants et 6 abandons, dont moi... mon abandon fut tardif et particulièrement bizarre, et j'en prend l'entière responsabilité.

Les conditions pour tous furent des plus éprouvantes, il faut le souligner: avec les précipitions abondantes reçues avant la course, les sentiers étaient vraiment gorgés d'eau, beaucoup plus qu'à mes trois premières participations... donc pieds mouillés du début à la fin -- nos pieds n'avaient jamais le temps de sécher, pis encore le sable et les cailloux s'accumulaient pour une usure accélérée...

Ma course avait pourtant si bien commencé! La forme était bonne, la météo agréable, juste assez préparé, sans surcharge d'entrainement. J'avais démarré assez rapidement, en suivant mon bon ami Martin au début j'ai pu me maintenir dans les 20 premiers jusqu'à la mi-course, en trébuchant parfois dans les roches -- comme d'hab, j'essaie d'aller un peu trop vite -- mais heureusement que des égratignures. Je passe en mode solo à partir de 20 milles (Martin file devant, il est bien plus rapide), je rejoins mon autre bon ami Joan peu après et prend éventuellement un peu d'avance, encore solo, vers 40 milles. Solo, il faut toujours me méfier... de moi-même! Alors sur la première grande crête, vers 48 milles, maudit effet tunnel -- je rate complètement le virage à gauche pourtant très bien balisé, qui faisait redescendre au prochain ravito 2 milles plus bas. Je me suis donc offert 1 mille extra de crête non balisée avant d'accepter mon erreur et rebrousser chemin.... 45 minutes de perdues, pas si grave je garde le moral. 2 ravitos plus loin, j'ai le plaisir de retrouver Joan qui me pensait devant et se demandait bien ce que je faisais là. Je lui explique et nous repartons ensemble, heureux de partager les sentiers durant les 18 milles suivants, et jusqu'à la tombée de la nuit. La fatigue s'installe, la marche est de plus en plus majoritaire, les genoux se plaignent.

Examinez maintenant la partie sud du parcours...
https://www.vhtrc.org/mmt/map.htm

Au ravito Gap Creek (AS #11), je reprend des forces et continue avec aplomb, alors que Joan s'arrête pour se reposer un peu (il abandonnera au ravito suivant, écoeurantite aiguë je crois). Par contre je ne change ni de chaussures ni de chaussettes, ce que j'aurais bien dû faire... mais bon pas grave, je peux encore endurer le papier sablé pour la nuit, que je me dis. Je me rends tant bien que mal au ravitos suivants, Visitor Center (AS #12), puis j'arrive vers 1h00 du matin à Bird Knob (AS #13), petit ravito où on se les gèle... un peu de café, et go je repars solo dans le coeur de la nuit. 2 milles plus loin (donc à 83 milles), je commets l'erreur fatale, encore victime de ma vision tunnel, de la fatigue et d'un manque de jugement notoire: je manque un autre virage vers la gauche et diverge à droite, direction sud, alors convaincu que j'ai plutôt manqué un virage à droite et que je re-croiserai le sentier à ma droite très bientôt... il me suffisait pourtant d'accepter mon erreur et revenir sur mes pas, et bon yenne apprendre du même comportement de l'après-midi!!!

C'est je crois ce qui m'a le plus dérangé, cet aveuglement volontaire, cet enfoncement dans un trou de la nuit, de plus en plus empêtré et de plus en plus perdu. Mon 'mauvais' sentier -- qui descendait pourtant le long du torrent que je connaissais -- avait mystérieusement débouché sur une route forestière (Forest Service Road) le long d'autres torrents... j'ai marché longtemps, trop longtemps sur cette route en méandres, avec un mélange de sentiments à gérer: détresse, colère après moi-même, et bizarrement déjà l'acceptation de l'abandon, de laisser tomber ma garde, de ne plus vouloir me battre, après 22 heures en course... Bon il fait toujours nuit noire, et après 30 minutes environ sur la route forestière, j'arrive sur une intersection asphaltée avec quelques maisons, et un choix à faire.... encore une fois, il fallait revenir sur mes pas! Mais non!!! Je continuer à m'enfoncer dans mes erreurs, comme une bête prise dans un piège, et je perd complètement espoir de m'en sortir... Il est 4h00 du matin, vraiment pas le moment de sonner à une porte, alors comme un con je choisis une autre route nommée 'Cub Run', et je m'accroche à un espoir futile que cette route me ramènera au prochain ravitaillement....complètement dans le champ, le gars! J'ai persisté sur cette grande et très looooongue route de terre en pensant me diriger vers le nord, alors que cette route allait dans la direction opposée, plein sud, et dans une section tout autre du parc national... ce n'est qu'au lever du soleil que j'ai compris cette dernière erreur. Je marchais alors désespérément à la recherche d'une âme salvatrice... que j'ai trouvé in extremis, à 6h00 du matin! Un gentil gars solitaire dans la trentaine nommé Travis, qui dormait dans son pickup avec son gros chien, et qui a généreusement accepté de me reconduire plusieurs milles jusqu'au QG de la course, alors que je n'avais plus grand force pour revenir sur mon chemin par mes propres jambes. Travis n'a voulu aucune compensation, disant que c'était simplement 'bon pour son karma' d'aider un pauvre coureur en détresse. Travis, où que tu sois.....MERCI mon gars, je t'en dois toute une, vraiment!!!

Ce sauvetage m'a remis de bonne humeur, et m'a permis d'accueillir tous mes amis qui arrivaient entre 8h00 et 14h00 et complétaient fièrement leur course. Pieds et genoux amochés, je me déplaçais aussi difficilement que les autres, ayant quand même franchi un beau total de 95 milles (83 + 2 extra en après-midi + 10 extra dans la nuit!!). Sans parler de la fatigue extrême, je m'endormais en parlant!

Dès mon retour au bercail, je suis reparti en vacances avec Line en Gaspésie (vraiment beau!), et j'ai médité sur cet abandon et sur ma façon de gérer mes émotions en situation de stress et de détresse. De bonnes leçons apprises, tout est bien qui finit bien :)

  • Patricia
    Patricia

    Quelle histoire! Bravo!

    7 months ago Like1 person

  • Josee P
    Josee P

    Ouf, je te laisse mon chapeau. Je serais pas capable de courir seul de nuit dans les bois......Tout un caractère que tu as. Bravo Pierre!!

    7 months ago Like1 person

  • Jean-Yves L.
    Jean-Yves L. Nice Job
    Nice Job:

    Bravo Pierre, beau récit et bel exploit ! Se perdre, voilà une raison peu commune, qui doit faire très mal au moral. Une boussole, t'as dû y penser.

    7 months ago

  • Mijo D.
    Mijo D. You're an Inspiration
    You're an Inspiration:

    Ah enfin, j'ai bien cru que tu étais toujours entrain de courir sur le MMT100. Mais non, tu étais en vacances.
    Il ne serait pas un peu têtu notre ami Pierre ! Une histoire peu commune. Un abandon, ce n'est pas toujours simple à accepter mais celui-ci a été dur à digérer. Mais pour nous, tu restes un grand champion qui a couru 153 km.

    7 months ago

  • Pierre L.
    Pierre L.

    Je me suis amusé sur mon outil dailymile à estimer mon égarement... spectaculaire vers le sud. Entre 16 et 17km, en combinant la 'Forest Service Road sur laquelle je suis d'abord tombé, puis la 'Cub Run Road' que j'ai choisi, comme un poulain pas de tête.

    http://www.dailymile.com/routes/1968739-running-route-in-us

    7 months ago Like1 person

  • Josee P
    Josee P

    Ouch!! 17 km d'égarement.....Faut le faire.

    7 months ago Like

  • Lise N.
    Lise N.

    J’ai fait un détour...par ici pour lire ton récit. Même non complété c’est déjà tout un exploit de se présenter sur la ligne de départ d’une si grande distance. Je suis très admirative de ton courage et de ta ténacité, sans parler de ton entrain sans faille. Certaine que tu ne referas plus ces erreurs.

    7 months ago Like