Site:
http://enroutesansdoute.blogspot.com
Miles:
14657 total / 2042 in 2017
Goal:

100 marathons et ultramarathons à vie (45 à date) sans blessure majeure, vivre en santé à 100 ans et garder le sourire :))

Pierre Lequient ran: C'était un énorme déf...

Track and share your training!

Dailymile makes it easy to keep track of your workouts. Map your routes and share with a community of active people.

  • 34 miles
  • 09:25 time
  • 16:31 pace
  • 8076 calories
  •  
  •  
  • 0 ft climb
  • 0 max hr
  • 0 avg hr
    • Currently 5/5 Effort.
    effort 5/5
good Ultimate XC 120km: plaisir et... premier DNF 55 km 09:25 16:31 pace

C'était un énorme défi que nous avons choisi de relever, sept gars, selon la proposition du directeur de course Dan Desrosiers. En fait ce défi était difficile à anticiper complètement, en particulier pour le fait de partir de nuit et revenir de jour. 120km dans ces sentiers très variables... c'est très long, il faut une préparation impeccable et un mental de guerrier inébranlable.

Ayant dormi à peine quatre heures la nuit précédente (adrénaline pré-course trop forte, comme d'habitude), j'avais déjà une certaine vulnérabilité de fatigue pour la suite des choses... mais je me sentais tout de même très bien, prêt à affronter le monstre devant moi, tout comme mes 6 compagnons: Donald, Vincent, Martin, Benoit, Luis, et Joan.

Nous nous sommes retrouvés au rendez-vous pré-course dans un resto de Saint-Donat, le vendredi soir vers 17h30, avec Dan pour nous briefer sur l'état des sentiers et les pièges à éviter, en particulier aux embranchements de segments.

Départ à 20h30 pile à côté du QG de la course, avec les encouragements des participants du 60km et du 38km (qui étaient de passage pour ramasser leurs dossards). Il fait encore très beau, clair et relativement chaud, de très bonnes conditions pour la nuit, alors que nous pouvons partir assez légers sans craindre d'avoir froid après le coucher du soleil. Les premiers 10km vont super bien, nous pouvons savourer notre expérience, et atteindre le premier sommet, celui de La Réserve, le mont de ski à côté du village. Magnifique vue, entre chien et loup, avec le spectre du coucher de soleil. Petite photo sympathique dans un télésiège :)

Redescente du côté du lac Bouillon, notre équipe se divise en deux pour se réassembler aux abord du secteur de la Vietnam, à environ 19km. Jusqu'à date nous avons bien progressé selon notre plan, et Dan nous attend comme promis pour nous guider au travers du secteur Vietnam, avec des passages d'eau jusqu'à la taille -- beaucoup moins d'eau que l'an passé! Mais heureusement que Dan est avec nous, parce qu'à la sortie des passages aquatiques, son balisage a été enlevé par des petits malins. Dan sacre, mais il peut nous garder sur le chemin prévu, jusqu'à la réapparition du balisage, environ 500m plus loin. Imaginez le temps qu'on aurait perdu égarés sans sa présence! Nous atteignons nos premiers drop bags et nous changeons, toujours super bien tous les 7. Mais comme un con, je change de souliers sans remettre de chaussettes, parce que j'ai oublié d'en apporter des propres... très con de ma part, j'aurais dû remettre mes chaussettes sales essorées, là je prend la chance d'exposer mes pieds pendant 40km de sentiers.

Nous continuons dans la nuit sans lune et magnifiquement étoilée, et c'est à partir de là que nous nous rendons tous compte de notre vitesse réduite pour progresser de nuit, et que sera vraiment difficile de maintenir une cadence qui nous fasse rejoindre le point de demi-tour à temps, pour 6h45. Notre groupe se divise définitivement en deux, avec les rapides Joan, Luis et Benoit devant, et puis Martin, Vincent et Donald et moi derrière. Le parcours est très long, en alternance marche et course pour rejoindre le sommet de la Montagne Noire (à 33,6km). Nous venons ensuite à manquer d'eau et puis enfin la station L'Appel à 41km, où nous bénéficions du soutien généreux de Patrice M. (qui était inscrit avec nous mais blessé, et est quand même venu nous aider de nuit!) et de ses parents. Enfin du café, des fruits, biscuits et autres victuailles et le plein d'eau dans nos gourdes nous donnent ce qu'il faut pour repartir... sauf pour Donald, qui jette l'éponge, se trouvant un peu trop lent pour continuer à nous suivre, même s'il a l'air d'aller très bien. Il est déjà 4h00 passé et Martin, Vincent et moi savons maintenant que nous manquerons de temps pour boucler les 19km restants de sentiers avant le demi-tour avec le départ des 60km qui se donne à 6h45. En choisissant notre départ à 20h30, nous avions vraiment sous-estimé le temps nécessaire pour parcourir les 60km de nuit!

Qu'à cela ne tienne, nous repartons tout de même, mais... en prenant involontairement le mauvais sentier balisé :(( , celui qui mène au départ du parcours de 38km! Après 3,5km de sentier bizarre descendant au bord d'un ruisseau pentu, nous arrivons à notre surprise au bord de la route, et en consultant notre carte détaillée nous comprenons notre erreur. Nous faisons donc la chose logique de ce point-là, soit courir 10km sur la grand route pour rejoindre plus rapidement le point de demi-tour, qui est plus à l'ouest. Malgré la fatigue je garde une bonne cadence sur cette route qui se déroule avec de longues côtes. C'est le soleil levant, Martin court à mes côtés et Vincent un peu derrière, la route est dure, le mal change de place mais le moral n'est quand même pas si mauvais, je ne suis pas amer et je goûte l'aube en me disant... que ce sera probablement mon dernier effort de la journée. Nous rejoignons donc le point de demi-tour vers 5h55, environ 20 minutes avant nos 3 compères rapides qui sont restés sur le sentier. Les maringouins nous attendent, quel ravage sur nos jambes et nuques. Heureusement que notre super bénévole Pat (un autre, vraiment les 'Pat' sont des gens super généreux :) s'occupe super bien de nous avec un petit feu, des chaises de camping, un petit déjeuner, du bouillon.

Les coureurs du 60km arrivent en autobus vers 6h30, tout frais et nous leur expliquons que nous ne repartirons pas, à l'exception de Joan (avec une détermination surprenante) et de Luis (en bonne forme, mais un peu plus hésitant) qui repartent avec la meute, au signal de Dan à 6h50. J'ai un tiraillement alors que je confirme mon abandon, mon tout premier en carrière, mais aussi un soulagement pour mes pieds abimés et surtout parce que je sens que ma motivation à terminer ce défi n'aurait pas été à la hauteur pour ces 60km à la grosse chaleur. Je ne suis pas le seul dans mon état: les solides Martin, Vincent et Benoit m'accompagnent avec la même décision. Pour Benoit, c'est aussi un premier abandon, après 15 ans de courses! Un autre constat, nous avons été trop gourmands avec nos calendriers trop chargés de courses dernièrement.

Je me sens zen avec mon choix, et je raconte ceci le lendemain en me disant que j'en ressortirai plus fort pour mes prochaines courses, et que j'ai conservé le plus important: le goût de continuer à courir.

Bravo à mes 6 compagnons, et en particulier à Luis, qui a continué 20km de plus avant d'arrêter, et surtout bien sûr à Joan, qui a été absolument remarquable dans sa gestion minimaliste et sa persévérance à toute épreuve. Épatant. Des fois je me demande s'il ne nous est pas arrivé d'une autre planète, ce mec.

Merci à Dan qui est aussi incroyable à voir dans toute l'énergie et le coeur qu'il met à organiser et tenir sa course à bout de bras, sans compter son temps. Très inspirant.

Revenu au village avec Vincent, Martin, Benoit et Pat, je prends ensuite deux heures de sieste le samedi matin dans le condo de Martin et Benoit à Saint-Donat, pour ensuite rejoindre le site des arrivées et pour accueillir tous les coureurs de toutes les distances, en relaxant avec tout plein d'amis, à se raconter nos aventures. J'ai aussi eu le bonheur de rencontrer Louis S. pour la première fois en personne, et de le féliciter pour la réussite de son 38km, quelle belle personne!

De bon burgers, de la bonne bière, rires et bonne humeur, voilà qui termine bien les choses, avant de reprendre la route en fin d'après-midi avec Joan pour le retour au bercail. Nous sommes tous deux très fatigués -- Joan encore bien plus que moi, à juste titre! -- mais avec un gros café, ce sera suffisant pour tenir toute la route.

Tiens aujourd'hui dimanche, je pense que je vais m'offrir un petit entrainement sur route, quand la chaleur sera endurable, question de me remettre en jambes et de redresser la tête! :)

Voici le récit sur Facebook de notre héros du jour, Joan:
https://www.facebook.com/aalkab.oolak/posts/722667127772588?comment_id=722674037771897&offset=0&total_comments=3&notif_t=mentions_comment

  • Lise N.
    Lise N.

    Oh que tu peux porter la tête haute. Tu n'as pas à rougir de n'avoir fait "que" la moitié. Quelle moitié !!! Très sage décision de ta part. "Conserver le goût de courir" était le plus important. Bravo à toi et à l'ensemble des 7 mercenaires vous êtes tout simplement incroyables.

    over 3 years ago Like1 person

  • Mijo D.
    Mijo D.

    Mais elle est encore bien droite ta tête cher Pierre. Sauf si tu regardes tes pauvres petits pieds meurtris d'avoir couru autant de temps sans chaussette ;)
    J'aime beaucoup ton titre également. Merci pour ce beau récit.

    over 3 years ago Like1 person

  • Claire
    Claire

    Oh que tu peux être fier de toi!! J'ai tellement énormément de respect pour tout ça, la distance que tu as franchi, les décisions que tu as prises. Bravo mon ami, bravo! Je disais justement à quelqu'un hier que l'abandon d'une course de longue distance est une marque de grand respect envers la distance, je trouve que ça lui rend justice; ce genre de défi, c'est pas un truc ordinaire et banal, c'est DUR, on ne peut pas réussir à tout coup. Donc quand la réussite est au rendez-vous, wow, le...

    over 3 years ago Like1 person

  • Claire
    Claire

    ... le sentiment d'accomplissement est à la grandeur du défi...C'est ce à quoi je crois.
    Tu as eu du plaisir, rencontré plein de beau monde, et tu as certainement autant appris dans cette portion de course que si tu l'avais terminé, tu repars donc les bras pleins; prêt à préparer le prochain défi! Encore bravo Pierre!!

    over 3 years ago Like1 person

  • Eric S.
    Eric S.

    Ceux qui mettent la barre très (très!) haute, parfois ne l'atteigne pas, mais nul ne peut appeler ça une défaite, mais très certainement une autre expérience...Bravo l'ami pour ton courage et ta persévérance...Aussi pour la sagesse de t'arrêter quand c'est nécessaire!!!

    over 3 years ago Like1 person

  • Josee P
    Josee P

    Bravo Pierre, J'ai eu bien du plaisir à te lire. Je suis certaine que tu as beaucoup appris de cette expérience.

    over 3 years ago Like1 person

  • Frederick L.
    Frederick L.

    un seul mot....RESPECT

    over 3 years ago Like

  • Alain M.
    Alain M.

    Ouais c'est ça DNF après 55 km... fait chier mec... pffff, beau récit, M,a dire comme Frédérick ... RESPECT buddy RESPECT

    over 3 years ago Like1 person

  • Richard H.
    Richard H.

    Maintenant on connait ton talon d'achille, il faut que t'oublie de porter des chaussettes et que tu te perdes d'une bonne distance.. en pleine nuit après 55k :) Bravo pour cette course, toujours aussi fort!

    over 3 years ago Like1 person

  • Stphane E.
    Stphane E. You're an Inspiration
    You're an Inspiration:

    Que dire de plus que tu a tout mon respect, un vrai guerrier, et quel récit!!!

    over 3 years ago

  • Nathalie V.
    Nathalie V. You're an Inspiration
    You're an Inspiration:

    Excellent récit. Quelle aventure! Quel courage et quelle sagesse! Merci pour ce partage. Tu donne envie d'essayer de plus grands défis :)

    over 3 years ago

  • Alexandre E.
    Alexandre E. You're an Inspiration
    You're an Inspiration:

    Super! Un DNF très enviable. Une vrai belle aventure.

    over 3 years ago

  • Rina M.
    Rina M. You're an Inspiration
    You're an Inspiration:

    Une autre super belle aventure de courses, camaraderie et courage. Les leçons qui nous montrent notre vulnérabilité sont parmis les meilleurs. Super! :+D

    over 3 years ago